cloître saint-louis
mardi>vendredi : 14h_18h // samedi>dimanche : 11h_18h

20, rue du Portail Boquier

Sophie abraham

20220426_160729.jpg

Née en 1991, Sophie Abraham est diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille. Elle travaille avec le collectif Reso-nance numérique et a été amenée à exposer notamment au Salon d’Art contemporain Hybrid’art, tout en développant des projets à caractère pédagogique avec l’Institut français ou encore les Ateliers Médicis. 

 Elle utilise essentiellement la vidéo, la photographie et le dessin pour créer des allers-retours entre l'intime et le paysage où s’épanouit son intérêt pour des problématiques sociales et environnementales d’actualité.

La série “Cabanes du futur”, initiée lors d’une Résidence des Ateliers Médicis avec Anthony Pillette, questionne les enjeux de l’habitat. Elle y propose une série de tirages cyanotypes, installations et vidéos. Habitat léger, flexible et polymorphe, la cabane est le réceptacle de l’imaginaire où se jouent des réflexions architecturales concrètes, relatives à la pensée des modes de vie du futur entre utopie et dystopie.

Juliette George est diplômée depuis 2021 de l'École Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles. Sa pratique repose principalement sur une économie narrative faite de micro-récits drôles, personnels et réflexifs qui s’attachent à des anecdotes de l’histoire. À partir de ces petites histoires, elle essaye de repenser ou de questionner la Grande (celle de la mesure, de la banque, de la spéculation, du pouvoir par exemple). Si le langage au XIXème siècle était un étalon-or, la modernité a fait vaciller les certitudes, l’idée de vrai et l’art, comme la littérature, est devenue une fausse monnaie. Ainsi, chaque projet pose de façon réflexive et humoristique une question centrale de la valeur de l’art.

Les formes que l'artiste déploient sont relativement minimales, inscrites dans une certaine économie de moyens héritée de l'art conceptuel. Juliette George expose en ce moment son travail au 72ème festival de Jeune Création à la Fondation Fiminco ainsi qu'à la galerie Mécènes du Sud à Montpellier pour l'exposition Career girls. Elle participe également au programme Passerelles de Contemporaines et Imagesin porté par l'ENSP d'Arles.

juliette george

  • Instagram

Sophie pugnet

Portrait pugnet.jpg

Sophie Pugnet est diplômée de l'École Supérieure des Beaux-Arts de Marseille, de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Son travail existe sous différentes formes tant que celui-ci respecte une matériothèque précise : le verre, le métal, la lumière et l’huile. Elle nous amène, par ses installations, à redécouvrir le silence, l’instant de transition, le passage. Ce moment où tout se fige avant de basculer, où notre souffle se contient. Le spectateur se trouve hors du temps, comme en apesanteur.

Elle aborde dans son travail ce laps, l’accompagne de poésie, de justesse et l’effleure avec délicatesse. Le spectateur est face au « Temps », un instant intérieur. Il l’observe, son regard est en suspens à l’affût d’un basculement.

Anthropomorphique, la pratique de Sophie Pugnet oscille entre la performance, la sculpture et l’installation. Elle révèle par l’utilisation de matière, le mécanisme du corps, son essence. Ces dernières années, son travail a été présenté dans de nombreux lieux en France et à l’étranger tels que la Galerie Lou Carter, Young International Artist, Les Carreaux du Temple, le 6B, Centre d’art contemporain Les Brasseurs art contemporain…

dayoung jeong

Née à Séoul, Dayoung Jeong étudie tout d’abord la peinture occidentale et la littérature française à Séoul. Puis, elle poursuit ses études en arts plastiques à Paris.

Elle a participé à plusieurs expositions collectives à Paris, Séoul, Berlin, etc. Elle a été invitée au Centre Culturel Coréen à Paris en 2015 pour sa première exposition personnelle dans le cadre de la série « Regard sur les artistes coréens prometteurs ». Elle a également réalisé des scénographies de théâtre et des projets de peinture murale à Séoul.

Son attention générale est concentrée sur la frontière entre le monde virtuel (un monde numérique) et le monde réel ; en déplaçant des histoires, des gestes, des images visuelles du monde virtuel vers le monde réel (et inversement), elle transforme ses expériences psychologiques et physiques en création artistique.